Rechercher
  • Rédaction AO

SAINT-LAURENT-BLANGY : FINIE LA BAIGNADE

Dernière mise à jour : 2 juin

C'était devenu une institution à Saint-Laurent-Blangy : l'aire de baignade estivale. Créée lors des grandes heures de Tchicou Parc sur l'initiative de l'ancien Maire, Monsieur Jean-Pierre Deleury. Cette zone de baignade va disparaître sous... une pelouse.


La zone de baignade lors de sa préparation, en 2009 : Photo Jean-Christophe Vanneuville / Arras-Online


Le site avait été arboré de palmiers et autres végétations afin de lui apporter un petit côté exotique : véritable dépaysement aux portes d'Arras pour nombre de familles qui n'avaient pas la chance de pouvoir s'offrir de vacances.


Le plan d'eau en 2012 : Photo Jean-Christophe Vanneuville / Arras-Online


Surveillance de baignade, jets d'eau, plage ainsi qu'une multitude d'animations rythmaient les étés immercuriens (NDLR : du nom des habitants de la ville de Saint-Laurent-Blangy) et nul doute que la disparition du plan d'eau et de la zone de baignade marquent une page qui se tourne dans l'histoire de la commune.


Le plan d'eau en 2012 : Photo Jean-Christophe Vanneuville / Arras-Online


Depuis plusieurs années, déjà, Tchicou Parc était déjà devenu Tchicou Plage sur l'initiative du nouveau maire élu en 2014, Nicolas Desfachelle et dont l'un des principaux adjoints, Philippe Mercier, déclarera à nos confrères de La Voix du Nord (NDLR : via C. HU (CLP)) que "Le temps de Tchicou Parc est révolu". Ces mêmes confrères évoquent des coûts de fonctionnement du bassin à hauteur de 50 000€ par an mais nous ignorons si la somme évoquée comprend l'analyse de l'eau des deux piscines qui occupaient également le parc ou si elle ne concerne que l'entretien du plan d'eau en lui-même. 50 000€ représentent une somme importante, certes, mais le Parc a su fonctionner durant près de quinze ans et la population risque fort de ne pas comprendre le pourquoi de cet arrêt brutal, tandis que tout semblait bien se passer, jusqu'alors.


Les "Tchicou Mobiles" ainsi que les piscines (2012) : Photo Jean-Christophe Vanneuville / Arras-Online


Déjà amputé d'une partie de sa surface, cédée à un restaurateur local, le Parc de la Brayelle, renommé depuis Parc Jean-Pierre Deleury, va donc maintenant perdre son plan d'eau.



Les choses et les temps changent, certaines époques semblent révolues et dès cet été la zone de baignade entamera sa disparition lors de travaux qui devraient être terminés à la rentrée.


Pendant ce temps, l'édile Nicolas Desfachelle (ci-contre) semble vouloir briguer d'autres sphères politiques en étant suppléant de Jaqueline Maquet, dans le cadre des législatives et ce, pour le compte du groupe du président de la République Emmanuel Macron.






Article : Paul TERGEIST Photos : Jean-Christophe VANNEUVILLE ARRAS-ONLINE / 2022



169 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout