Rechercher
  • Rédaction AO

INTERVIEW : FRANCOIS DESMAZIERE

Fin janvier 2012, il fait un froid de canard et nous attendons François Desmazière qui a gentiment accepté une interview “à tête reposée” après sa candidature surprise au poste de maire d’Arras alors que Frédéric Leturque semblait élu d’office grâce au parrainage sans failles de Jean-Marie Vanlerenberghe.


Pile à l'heure, L’homme arrive bien emmitouflé au Philos’Off Café d’Arras, lieu de notre rencontre et au nom bien choisi ! L’interview peut commencer...


Arras-Online > Monsieur Desmazière, vous avez créé un véritable tsunami au sein de la majorité municipale en vous présentant face à monsieur Leturque, cette décision a du vous créer quelques ennuis non ?


François Desmazière > Ma décision a effectivement créée quelques vagues... Elle m’a value les foudres d’un Jean-Marie Vanlerenberghe très en colère mais aussi ma place au sein d’une majorité municipale où j’ai passé dix années de ma vie en tant qu’adjoint à la culture puis adjoint aux finances et à l’administration électronique. Ce n’est pas terminé puisque ma présence au sein du conseil d’administration du théâtre va être prochainement remise en cause... Une de mes tribunes dans Arras Actualités a été “zappée”, même ma photo dans le trombinoscope du journal municipal fait le yoyo !


AO > Vous regrettez votre prise de position ?


F.D. > Certainement pas parce qu'elle était guidée par des principes ! J’assume mon choix et je m’attendais à certaines aigreurs même si je ne pensais pas être aussi rapidement mis sur le banc de touche ni à la vigueur de certaines réactions. J’ai aujourd’hui plus de liberté de parole, une liberté que je compte bien utiliser pour dénoncer le fait qu’on ne cesse de demander aux gens de s’intéresser à la politique en omettant de les y intéresser ! Je continuerais à m’impliquer autant que possible dans la vie Arrageoise dans un esprit participatif, comme je l’ai toujours fait, même si je reçois beaucoup moins d’invitations aux célébrations officielles qu’avant ! (rires).


AO > Dix voix pour vous le 14 novembre, alors que vous sortez comme un diable de sa boîte : On connaît ceux qui vous ont soutenu ?


F.D. > Neuf personnes d’horizons différents m’ont en effet apporté leur confiance et leur soutien mais par respect pour leur prise de position je ne les nommerais évidemment pas. Notre nouveau maire doit bien chercher à savoir qui se cache derrière ces neufs personnes : Gardons le secret sur ce point. Quoi qu’il en soit ces dix voix c’était un véritable message à l’attention de la majorité municipale et je regrette que la seule réponse apportée à ce message se soit traduite par mon éviction pure et simple. Je ne cherche pas le conflit ni l’opposition systématique, d’autant plus envers une majorité municipale à laquelle j’ai participé pendant dix ans, dont j’ai partagé les idées, porté les envies et les projets : Ce serait idiot ! Je regrette juste qu’au nom de l’appartenance à un groupe il faille tout accepter, ne jamais rien dire, trouver tout normal.


AO > Alors... François Desmazière candidat aux municipales de 2014 ?


F.D. > Je n’écarte pas l’idée mais il ne faut pas précipiter les choses. Aujourd’hui j’observe ce qui se passe dans la vie politique en général, il va y avoir les présidentielles, les législatives, des mouvements dans l’échiquier politique. Nous avons le temps et si demain je me présentais aux municipales ou même aux législatives cela ne s’inscrirait certainement pas dans le cadre de quelque chose de planifié de façon carrieriste. Quoi qu’il en soit je compte bien être présent dans les débats !


AO > Vous avez quitté l’UMP en 2009. Si vous vous présentiez celà serait sous quelle étiquette ?


F.D. > J’ai effectivement rendu ma carte de l’UMP car je ne suis pas un fervent supporter de Nicolas Sarkozy. Je me sens plus proche de Jean-Louis Borloo et j’ai des valeurs communes avec les Républicains de tous bords. Plus simplement je me sens économiquement de droite mais sociétalement plus à gauche.


AO > Et quelle serait l’équipe municipale idéale ?


F.D. > Quand Jean-Marie Vanlerenberghe a créé son équipe municipale il a souhaité qu’elle soit le fruit d’une large mixité politique. Je pense pour ma part qu’il ne suffit pas d'additionner les étiquettes politiques mais avant tout de privilégier les talents. Arras regorge de talents dans tous les domaines et ce n’est pas l’appartenance à telle ou telle famille politique qui fait la valeur des gens. Cette valeur vient de leurs passions, de leurs savoirs, de leurs expériences.


AO > Quels sont vos rapport aujourd’hui avec Jean-Marie Vanlerenberghe et Frédéric Leturque ?


F.D. > Ce sont des rapports de circonstance mais cordiaux. Je comprends que Jean-Marie Vanlerenberghe ai pu, sur le coup, être faché de ma prise de position. Quant à Frédéric Leturque, je n’en ai jamais été très proche donc cela ne change pas grand chose.


AO > Si vous aviez un mot à dire à notre nouveau maire, quel serait il ?


F.D. > Je crois que je lui dirais -”Sois à la hauteur du cadeau qu’on t’a fait.”


Propos recueillis par Jean-Christophe Vanneuville

0 vue

Site Indépendant d'information sur Arras et sa région depuis 2002 - Visiter le site officiel de la ville d'Arras

Mentions Légales - Protection des données - Contact - Liens© 2002-2020 - ARRAS-ONLINE

1/2