MAIN SQUARE 2016 - DAY II


Le deuxième jour du Main Square Festival a pu démarrer sous un ciel presque bleu et un grand soleil ! Les organisateurs ont fait le nécessaire pour que le terrain ne soit pas trop boueux : copeaux et paille ont permis aux festivaliers d’aller et venir sans piétiner dans la gadoue. Le public arborait même chapeaux de paille et les lunettes de soleil.

Ce samedi 2 juillet 2016 c’est Cardri, un des gagnants du Tremplin qui est venu lancer une nouvelle série de concerts. Ces trois jeunes Lensois proposent une musique hip­hop efficace. Les festivaliers étaient déjà venus en nombre pour écouter leurs morceaux.

Sur la Main Stage, le groupe britannique Lonely the brave a chauffé la Main Stage. Certains les connaissaient déjà grâce à leur premier album The Day’s War, sorti il y a deux ans, d’autres les ont découverts grâce à leur nouvel opus sorti cette année Things will matter.

Des titres bruts et sincères qui ont visiblement touché le public. Pour ceux qui en redemandent, le groupe est en tournée en septembre et octobre !

Le trio venu du Royaume­Uni, Bear’s den a rencontré un franc succès sur la green room. Dans leur album Red earth and pouring rain, on retrouve un mélange de folk américaine et de sons inspirés de Bob Dylan.

Dès ce dimanche 3 juillet, ils enchaînent avec un concert en Belgique. A partir du 8 juillet, quelques dates sont prévues au Royaume­Uni, puis outre­Atlantique.

C’est le groupe français Mass Hysteria qui a pris ensuite le relais sur la Main Stage ! Et là, c’est une véritable claque que se sont pris les festivaliers. Une dose d’énergie incroyable jaillit de leurs morceaux interprétés en français.

Des paroles chargées de sens puisque certains morceaux peuvent être qualifiés de militants. Le titre “L’enfer des dieux” a été dédié aux victimes du Bataclan.

Une dimension politique mais surtout des ondes positives que le chanteur du groupe tient à diffuser notamment à travers leur devise “Positif à bloc”.

Le groupe s’est montré particulièrement généreux avec le public : le chanteur n’a pas hésité à prendre un bain de foule en allant au contact des festivaliers qui l’ont porté à bout de bras quelques minutes.

Plus tard, ce sont les différents membres du groupe qui se sont installés au coeur du public pour interpréter un morceau : un spectacle rare avec des artistes chargés à bloc !

Sur la green room, c’est Flavien Berger qui est venu “remplacer” Nathaniel Rateliff. Il s’agit véritablement du nouvel espoir sur la scène musicale française. Certains lui prédisent un parcours aussi prometteur que celui de Christine and the Queens.

Flavien Berger aime à ponctuer ses morceaux psychédéliques de commentaires décalés, invitant chacun d’entre nous à méditer (sans se prendre la tête non plus) sur des questions métaphysiques. Ses morceaux constituent une véritable invitation vers un ailleurs complètement fantasque.

A 18h30, c’est le groupe Walk off the earth qui a pris ses quartiers sur la Main Stage. Le groupe canadien en est déjà à son quatrième album.

Connu notamment pour leurs reprises de morceaux tel que Hello d’Adèle ou encore Happy de Pharrell Williams, Walk off the earth nous a fait un petit cadeau en nous interprétant “Aux champs Elysées” de Joe Dassin, dans un français approximatif ce qui en rendait cette version d’autant plus charmante. Le groupe a su transmette sa bonne humeur à travers des rythmes survitaminés.

Aux alentours de 19h, la green room était déjà pleine à craquer : difficile de se frayer un chemin pour assister au concert de Marina Kaye !

La jeune artiste française continue son ascension et le succès qu’elle rencontre lors de cette onzième édition du Main Square vient le confirmer.

Après s’être fait connaître du grand public grâce à son titre Homeless, cette artiste totale poursuit son parcours avec brio ­ sa voix suave et puissante aura résonné auprès de milliers de festivaliers.

A partir de 20h, le groupe “punk californien” The Offspring a secoué la Main Stage ! Plus de trente ans après leurs débuts, leur musique retentit avec toujours autant de modernité. Grâce à leurs albums Smash et Americana, le groupe a connu un succès mondial.

Près de 25 000 personnes acclamaient le groupe américain dans l’enceinte de la Citadelle d’Arras. Ils seront encore plusieurs jours en France pour quelques dates avant une série de concerts aux Etats­ Unis.

Pendant ce temps, sur la green room c’est le quatuor new­yorkais X Ambassadors qui opérait à travers une musique mêlant punk, hip­hop et alternatif.

C’est l’une des têtes d’affiche de ce samedi 2 juillet, Mackelmore accompagné de Ryan Lewis a littéralement mis le feu sur la Main Stage. Tout sourit en ce moment à ce duo détonnant. Leur rap, à la fois percutant et festif, connaît un immense succès à l’échelle internationale.

Pas moins de quatre Grammy awards ont été remportés par les deux Américains. Depuis leur première collaboration en 2010, les tubes ne cessent de s’enchaîner : Same love ou encore Can’t hold us pour ne citer qu’eux.

Le duo a visiblement pris du plaisir à participer à ce festival : Mackelmore s’est adressé à plusieurs reprises au public pour lui faire part de quelques anecdotes, notamment les joies toutes récentes de sa paternité. Le duo aura tenu en haleine les milliers de festivaliers jusqu’à la dernière minute : un rythme soutenu et une énergie sur scène qui forcent l’admiration.

Le groupe français Birdy Nam Nam fait son grand retour sur les platines ! Après quelques années d’absence, ils reviennent avec un album au titre pour le moins évocateur “Dance or Die”.

Le groupe était déjà venu au Main Square en 2012. Cette année, le trio a pu bénéficier d’un accueil toujours aussi enthousiaste.

Pour clôturer cette seconde journée de festival, c’est le groupe français Salut c’est cool qui est venu s’éclater sur la green room. Leur but ? Délirer sans contraintes. Autant dire que c’est aussi ce qu’étaient venus chercher les festivaliers présents ce soir. Le spectacle était total : des personnages hauts en couleurs, adeptes des costumes, pas du genre à rester figés. Si certains considèrent que ce groupe parisien ne fait pas de la “vraie” musique, en tout cas, ils ne laissent personne indifférent. La fête est marquée dans leur ADN, il va sans dire que Salut c’est cool avait toute sa place au Main Square Festival.


MAIN SQUARE 2016 - DAY II par

LaTel5d5fbcd069213